SET – Soirée Education alternative du 16 avril 2019

Pour “Sucy Environnement Transition” l’Éducation est un sujet particulièrement important car les enfants d’aujourd’hui sont les adultes de demain. Comment faire aussi la Transition dans l’éducation ?

Afin de laisser un temps suffisamment important pour le débat, nous n’avons pas présenté un film en entier mais seulement les extraits les plus significatifs du film sur les éducations alternatives : “Une idée folle” de Judith Grumbach.

Les 30 minutes d’extraits ne traitent que de la maternelle et l’école élémentaire alors que le film parle aussi du collège.

Les extraits du film montrent 9 différentes écoles essentiellement alternatives mais aussi publiques où se pratique de l’éducation alternative. Suite au film Jean-Paul, organisateur de la soirée, a résumé les thèmes abordés qui sont autant de pistes de réflexion et d’action:

  • Quel est l’objectif de l’éducation ?
  • Naturellement, l’enfant est un explorateur et un chercheur
  • L’enfant comme chaque homme est unique
  • l’apprentissage doit être adapté à chacun et à son rythme
  • Importance de la motivation
  • Donner confiance aux enfants
  • Connaissance de son égo et des autres
  • Relation aux autres (empathie)
  • Développer la coopération et la citoyenneté
  • Favoriser la créativité et l’imagination
  • Le savoir être mais aussi comment être adapté au collège.

Un tour de cercle

Suite à la bonne idée de Sandie, nous avons proposé à chaque personne présente de dire deux mots sur sa position par rapport au sujet (enseignante ou mère,…) Le tour a permis de constater une belle diversité de profils ( parents/grands-parents/enseignants/éducateurs) avec pour certains déjà des implications concrètes dans l’éducation alternative ( freinet/montessori/homeschooling). Autant de personnes qui ont pu intervenir ensuite pour enrichir le débat.

Les intervenantes

Pour représenter l’éducation alternative nous avons eu la chance d’avoir Caroline de Chevry-Cossigny travaillant comme enseignante pour les 6 à 12 ans à l’école Montessori de Brie-Comte-Robert. Mais aussi Sandie Moreau pour témoigner en tant que parent d’un enfant dans cette école.

Afin de rendre le débat plus serein, Jean-Paul a proposé, un peu comme dans la méthode sociocratique, de commencer par des questions d’éclaircissement avant de proposer des questions plus polémiques.

Au final plusieurs points de force sont apparus :

Il existe au moins 2 structures qui travaillent à amener des pratiques alternatives dans l’éducation publique : L’ISEM pour améliorer l’école publique et le mouvement “Public Montessori” ouvert à l’extérieur.

Même si l’environnement éducatif traditionnel n’est pas toujours compréhensif et reste réservé, l’enseignant a tout de même une certaine flexibilité qui lui permet d’introduire de nouvelles pratiques .

Nous avons abordé la question des classes multi-âges qui peuvent être vues comme une chance par les parents des plus petits mais comme un inconvénient pour ceux des plus grands. Néanmoins ce type d’échange profite aux deux et il est pratiqué régulièrement par exemple à la maternelle des Bruyères en lien avec d’autres écoles.

L’influence du niveau socio-éducatif et la langue des parents peut aussi jouer et même s’il est vrai que dans certaines villes le taux d’enfants parlant français est plus bas, chez les plus instruits certains enfants présentent des troubles de l’attention ou ne sont pas assez motivés.

Certains parents poussent à l’utilisation de méthodes alternatives et d’autres, au contraire, doivent être convaincus par exemple que la notation individuelle n’est pas la bonne chose pour l’épanouissement et donc la réussite de l’enfant.

Enfin le coût des écoles alternatives privées est élevé, environ 5000 €/ an pour l’école Montessori de Brie-Comte- Robert, et cela peut freiner les parents. Il existe d’autres alternatives, des écoles sous contrat avec l’état donc moins chères et les parents peuvent aussi faire l’école à la maison jusqu’à 16 ans. Nous avons eu la chance de partager les témoignages de 2 personnes qui utilisent cette solution. La plus ancienne a souligné que ses enfants ont réussi leur Bac et des études supérieures.

Pour le passage au Lycée certains ont suggéré le Lycée autogéré de Paris.

Passons à l’action avec l’atelier SET Education !

Suite au débats Jean-Paul a résumé quelques pistes d’action qui ont émergé pendant les discussions. Nous pouvons maintenant partager nos idées et expériences pour agir positivement, suivant le principe de la Transition, mettre en œuvre quelques-unes des solutions vues dans le film et en inventer d’autres.

Afin de gérer ces échanges et lancement d’actions concrètes, un atelier SET a été créé : “SET Atelier éducation

Pour faire partie de cet atelier, il suffit d’adhérer pour 10€/an à SET (5€ de Mai à Août pour la fin d’année scolaire) et accéder ainsi à tous les ateliers (sauf AMAP) de l’association. dont l’atelier éducation.

Chaque adhérent peut s’inscrire à n’importe quel atelier depuis le Site Internet en cliquant dans le menu sur “SET Adhérents”, donner son mot de passe adhérent, puis accéder au tableau “Inscription et Désinscription” pour cliquer sur Atelier Education : Inscription.

Copie d’écran du tableau d’inscriptions (non cliquable ci-dessous)

Contactez Jean-Paul Grange si vous avez une question.

C’est avec un ensemble de petits pas dans ce domaine que nous pourrons rendre l’éducation aussi efficace que créatrice de citoyens heureux et actifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.