Archives de catégorie : Transport

Tout ce qui concerne les transports.

SET – La sobriété, une écologie en acte

“Face au « toujours plus » qui ruine la planète au profit d’une minorité, la sobriété est un choix conscient inspiré par la raison. Elle est un art et une éthique de vie, source de satisfaction et de bien-être profond. Elle représente un positionnement politique et un acte de résistance en faveur de la terre, du partage et de l’équité.”P. Rabhi, 2010“La sobriété est fondamentale à court terme pour ouvrir le champ des possibles.”Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 2018

La sobriété, qu’est-ce que c’est, pourquoi ?

Energies, matières premières, ressources en eau, biodiversité…

Dans le contexte de crise sociétale et environnementale que nous connaissons aujourd’hui, généré à la fois par une surabondance de biens et par une répartition profondément inégale de ces biens, la sobriété est devenue un objectif incontournable de l’action collective et des comportements individuels. Elle doit désormais s’imposer, à l’égal des trois valeurs figurant au fronton de la République, comme une valeur répondant à l’intérêt général, à un devoir moral et à un engagement citoyen.

D’une valeur plutôt militante et marginale, elle s’est imposée, peu à peu, dans les discours officiels et les textes de loi, mais elle garde, pour beaucoup, une connotation négative, synonyme de restriction, d’austérité, de décroissance… et elle est souvent confondue, voire mise en concurrence avec les notions d’« efficacité », de « performance », alors que celles-ci renvoient à des capacités techniques de faire plus ou autant avec moins, et non à un comportement ou à des actions humaines permettant de faire mieux avec moins.

De Diogène le Cynique ou des stoïciens jusqu’à Pierre Rabhi, en passant par Saint François d’Assise et Henry David Thoreau, la sobriété, dans ses multiples avatars, a une longue histoire et correspond à une aspiration ancienne, qui a toujours plus ou moins associé les trois dimensions d’une vision critique du monde, d’une forme de spiritualité intérieure et d’une quête de justice sociale.

Autrement dit, loin d’être un vecteur d’appauvrissement, la sobriété se doit d’être source de valeur et de partage. Et loin de se traduire par un repli sur soi et un retrait du monde, elle ne peut trouver sa juste expression que dans l’action, tant individuelle que collective.

Elle n’est pas non plus réductible à un domaine ou à une finalité en particulier (l’énergie par exemple), mais doit se décliner dans tous les domaines où s’expriment des besoins et l’utilisation de ressources : la sobriété écologique est par essence globale et systémique.

Enfin, si l’objectif de sobriété ne pourra pas être atteint sans régulation et sans gouvernance suffisamment forte, il ne sera pas non plus pleinement réalisable sans conviction ni désir : une sobriété choisie et citoyenne est à privilégier sur une sobriété subie et sous contraintes, dont la précarité représente la forme la plus aboutie et, malheureusement, encore majoritaire de par le monde. Ce travail de convaincre et de rendre désirable, à inscrire nécessairement dans la durée, n’occulte en rien l’urgence d’agir, à tous les niveaux de responsabilité et à commencer par ceux qui détiennent les leviers les plus décisifs pour créer les conditions d’une nouvelle donne.

Concrètement, quels objectifs, quelles actions ?

Le graphique reproduit ci-dessous illustre l’effort de réduction de son empreinte carbone à réaliser par chaque Français pour contribuer à atteindre l’objectif de neutralité carbone à 2050 fixé par les Accords de Paris issus de la COP 21 et retranscrit dans notre législation. Cet effort, qui consiste à passer de 10,8 à 2 tonnes de CO2 par an et par individu, nécessite selon le scénario proposé d’actionner trois leviers : un changement radical dans les gestes individuels (-25%), un changement dans les décisions d’investissement des ménages (-20%), un changement systémique de la part de l’État et des entreprises (-35%).

Ce scénario n’est qu’un exemple parmi une multiplicité d’autres proposés par des acteurs très différents mais qui, tous, reposent sur des constats et des principes assez convergents, notamment d’une approche systémique à privilégier (pas de réduction de l’empreinte carbone sans réduction de l’empreinte écologique au sens large), d’une complémentarité inévitable des engagements (individuels et collectifs) et des leviers (plus de sobriété, plus d’efficacité, contraintes et incitations…).

La démarche de l’association Négawatt, créée en 2001 et doublée depuis par un institut et une entreprise de l’économie sociale et solidaire dans le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments, s’inscrit pleinement dans ces principes. Elle nous a été présentée par l’un de ses représentants, Stéphane Signoret, lors de la soirée-débat du 8 février dernier. Voici le diaporama complet.

Et ce n’est là qu’un début : en complément des actions déjà entreprises en faveur de plus de sobriété dans nos différents ateliers, d’autres sont peut-être encore à envisager, pour mieux diffuser les savoir-faire, les savoir-être en la matière, et le réflexe, les bonnes pratiques d’auto-évaluation ?… … Á suivre !

Noël Jouteur 12 Février 2022

SET – Comment quitter son diesel

Ormesson Environnement Transition a le plaisir de proposer désormais l’atelier « Comment quitter son véhicule à moteur diesel » aux professionnels d’Ormesson (artisans, commerçants et entreprises), afin d’anticiper l’interdiction de circulation de tous les véhicules à moteur diesel, même les plus récents, dès le 1er janvier 2024 dans le périmètre de la zone à faibles émissions de la Métropole du Grand Paris* (Crit’Air 3 au 01/07/22 et Crit’Air 2 au 01/01/24).A partir d’un questionnaire, une étude gratuite est réalisée pour identifier le mode de déplacement urbain le plus adapté aux besoins.

Inscription :ormessonentransition@gmail.com

*https://www.zonefaiblesemissionsmetropolitaine.fr/

SET- Sur la brèche pour le vélo !

Printemps, été, automne : SET est sur la brèche pour le vélo !

Le vélo au quotidien est une préoccupation de toujours pour SET. Cela s’est traduit depuis le mois de mai par des engagements très concrets.

Concertation avec les édiles locales concernant le tracé des RERV.

Jean-Paul Grange s’est trouvé très mobilisé par ce sujet qui lui a fait rencontrer les représentants du GPSEA (1), du Conseil Départemental et de la commune de Sucy pour envisager les tracés des RER Vélos devant permettre aux personnes devant se rendre au travail à vélo, sans prendre les transports en commun, de le faire rapidement et en sécurité. Cela a donné des grands axes où nous avons pu rouler plus rapidement pendant quelques semaines (2). Mais ces axes ont été très réduits au mois de septembre.

Pour plus d’information allez sur le Site : www.set94.org puis dans le menu Nos Ateliers > Transition > Usagers du vélo > Info Partagé avec des conseils et des cartes. 

Participation active de l’Atelier Vélo à l’opération SolutionS Vélo ! le 14 juin.

Armando André, Claudine Deniaud, et Frédéric Brand ((animateurs de l’atelier vélo SET(3)) ont rejoint SolutionS Vélo ! , opération initiée par Aurélie Bontemps, Gwennoline Le Fur, Catherine Paoletti et Olivier Marasco. Le but : permettre au maximum de personnes sortant de confinement de se déplacer en vélo. Une équipe de Compagnons Scouts de France, du Vélo Club de Sucy et un professionnel de la réparation  Jean Camille(Cyclothomas94) ont aussi rejoint l’initiative. Le protocole respectant les mesures sanitaires a été étudié avec la ville de Sucy qui a prêté du matériel et communiqué sur l’évènement. Ainsi, 81 cycles ont pu être diagnostiqués dont un grand nombre réparés. 200 Personnes sont passées sur site. Merci à toutes celles et tous ceux qui ne sont pas cité-e-s mais qui ont contribué par leurs efforts à ce que l’opération soit un succès !

Un recensement des améliorations des pistes est en cours.

A l’initiative d’Arnaud Galley, lui-même impliqué dans l’initiative Vélobus, une liste de points à améliorer a été dressée. L’idée est de lui communiquer les points que nous repérons comme problématiques afin que qu’il puisse les signaler à la ville de Sucy ou au GPSEA. Si vous avez des éléments à transmettre : dodge.internet@free.fr

Convergence à vélo d’octobre 2020

La date de juin avait été repoussée. Mais la recrudescence de la Covid19 l’a de nouveau annulée. Ce n’est pas faute de s’y être préparé : nous étions prêt-e-s !

Quoiqu’il en soit, pour la transition, le vélo c’est toujours bon, Il reste l’un des outils majeurs (50% des trajets font moins de 5 km) et parfait  pour la santé (lien) !

(1) GPSEA : Grand Paris Sud-Est Avenir ; ancien T11, Etablissement Public Territorial regroupant 16 communes dont Sucy. 

(2) C’était une bonne intention gouvernementale. Dans la pratique, quelques personnes étaient prêtes à passer aux vélo, mais pas toutes. Beaucoup en ont commandé et sont encore en train d’attendre leur machine. Aux dernières nouvelles, chez Culture vélo Bonneuil, lorsque vous commandez aujourd’hui un vélo, il faudra en général attendre février ! Si vous avez des délais plus courts ailleurs (Cycle Evolution Boissy, CycloThomas Sucy, Culture Vélo Pontault, Décathlon…) nous le signaler ? Que se passera-t-il lorsque les vélos commandés seront là et que les RERV n’existeront presque plus ?

(3) pour rappel : l’atelier vélo a lieu tous les 1ers et 3èmes samedi de chaque mois au Fort de Sucy de 9h30 à 12h.

Frédéric Brand